Challenge Liège Bastogne Liège 2016 – Bilan

Je me suis inscrit au Challenge Liège Bastogne Liège 2016 en version intermédiaire (158km), afin de prendre du plaisir sur un parcours mythique et poster ici un compte rendu de qualité :o

Cela faisait longtemps que je n’avais pas posté sur ce blog, depuis la « déroute » de l’étape du tour 2015 et mes 3 crevaisons en fait !

Pas de dossards depuis l’été dernier, car une année costaud au bureau et forcément plus de temps accordé à la famille et aux enfants plutôt qu’au sport.

L’épreuve fut assez dure me concernant avec 700km/4200D+ accumulés depuis janvier seulement. Objectif finisher avec gestion au cardio en s’arrêtant à chaque ravitaillement.

Voilà le parcours via mon strava :

Principales côtes au programme

Résumé de la course

Pluie pendant 45min au départ, avec 4 degrés à 7h du mat, je me dis que cela va être long 🙁

Je suis parti en étudiant bien le parcours proposé, avec en ligne de mire la côte de la redoute qui m’a limite mis en PLS arrivé au sommet avec ses rampes à 20% :o… j’ai failli déclipser plusieurs fois mais le mental de winner a tenu bon  [:robinlesadique:2]

Les autres côtes du parcours sont classiques, sans trop de difficulté, j’ai bien mouliné dedans avec mon 28 à l’arrière, pas de gros problème rencontré.

Sur le parcours j’ai croisé pas mal de pelotons dont je me suis servi sur environ 15 bornes pour récupérer, mais au final avec toutes les longues descentes cela me permettait de souffler et de bien reprendre des forces. Les descentes n’étaient pas aisées car je manque de pratique et la chaussée mouillée du matin ne facilitait pas les choses.

Les deux dernières côtes passées sans trop de problème en me disant que si je n’avais pas déclipsé à 20%, pas de raison de le faire à 10%.

Bref je bats mon record de sortie en kilométrage et en D+ et ça fait du bien après le raté de l’étape du tour de l’an dernier. Vitesse moyenne ridicule mais je n’ai que peu de temps malheureusement pour le bike même si j’adore ça.. Du coup ces challenges sont top pour moi.

Le parcours est magnifique, à travers les Ardennes, avec des côtes redoutables (certaines avec une moyenne de 10% et de (trop) longs passages à 20%, où je m’épuisais à tirer mon quintal en danseuse [:deouss])

Organisation bien rodée, rien à redire, sauf le panneau mal placé avant la côte de la redoute qui m’a rajouté 6km au compteur, ainsi qu’à bon nombre de coureurs du format intermédiaire.

Pas de crevaisons pour moi mais j’en ai vu pas mal sur le bas côté entrain de réparer leur vélo.

J’ai même discuté avec Niku quelques km et Captain vers la fin, très sympa !

Bilan : finisher en 7h21 sans poser pied à terre dans les montées, nouvelle FC max (193), les cuissos bien carbos à souhait et un très bon week-end passé entre amis à Liège.

Ravito de fin en mode sauvage  [:le troll hebus]

http://reho.st/medium/self/57b0887743e10212fc2925c3500839240f46b1e8.jpg

Tshirt de finisher du 158km

http://reho.st/medium/self/73db130156901df7cf2630eda5bcd1102cb60a1b.jpg

Une douche et une grosse sieste à l’arrivée, puis un combo pizza/bière [:lothar59] avant d’aller au lit !

Le lendemain, retour sur Paris tranquillement.

Plus d’autres épreuves prévues en 2016, il va falloir que je regarde le calendrier de plus près !

Comique, la sortie après le LBL, je crève en rentrant de Longchamps et je m’aperçois que mes pneus sont défoncés et bourrés d’entailles (inspectés avant l’épreuve, ils étaient niquels et sans entailles).. comme quoi le karma existe et ce ne sont pas toujours les mêmes qui sont victimes de crevaisons [:bakk67]

Etape du Tour 2015 – Bilan

Bon.. il fallait bien que cela arrive un jour : premier « DNF » (did not finish) sur une épreuve, l’étape du tour 2015, reliant Saint-Jean de Maurienne à la Toussuire les Sybelles.

Une série de crevaisons (3!) m’auront finalement mis hors course. C’est dommage car je pense que j’aurais largement pu aller plus loin que la petite quarantaine de kilomètres parcourus, sans avoir la prétention d’arriver au bout, mais c’est comme ça.

 

EDT2015_profilCe qui est à retenir :

  • un très bon week-end entre amis, à la montagne !
  • arriver en haut de mon premier col et savoir désormais ce que cela veut dire de grimper pendant plus d’une heure dans des pourcentages respectables (le Chaussy, 1533m, 15,4km à 6,3%)
  • ne pas arriver comme un touriste sur une épreuve (très) exigeante et s’aligner à l’avenir sur des épreuves à ma portée (si je n’avais pas crevé, je ne suis vraiment pas sûr que j’aurais pu aller au bout de cette cyclo)
  • préparer correctement mon vélo et ne pas débarquer avec des pneus ayant fait 4000 bornes, bourrés d’entailles…

A bientôt et bonnes vacances à tous !

Triathlon de Deauville 2015 (LD) – Bilan

Après avoir fait le M l’an dernier et sans trop savoir quoi faire en 2015 comme triathlon longue distance, j’ai décidé cet hiver de choisir le LD de Deauville (1.9/81/21.1). Je suis quasi à la maison, j’adore la nat en mer et le parcours vélo, bien qu’assez valloné, m’avait vraiment bien plu visuellement parlant. Pour ceux qui ne connaissent pas le pays d’auge, c’est à voir. D’autre part, la cap est plate comme une limande, donc c’est parfait. Sauf que bon, c’est bien joli tout ça mais je n’ai pas pu m’entraîner autant que je le voulais et/ou trouvé la motivation nécessaire ces derniers mois pour concilier nouvelle vie pro et vie perso. Aujourd’hui ça va mieux, mais je n’ai pas fait grand chose entre octobre et juin, si ce n’est un petit M à Enghien Les bains il y a 15 jours. Qu’importe, je suis inscrit, on va se faire un joli week-end en famille, et ce sera toujours l’occasion de mettre un dossard et de me faire plaisir, quitte à considérer l’épreuve comme un entraînement si jamais je souffre trop, en oubliant de toutes façons le chrono.

Bien chaud et motivé jusqu’à la veille, le jour J j’ai la forme et le mental d’une chips molle [:daemonovae]. Ça arrive parfois le matin.. pas l’envie de m’enquiller tout ça, mais je ne peux plus trop reculer alors j’essaie de penser à la belle natation en mer, au superbe parcours vélo.. tout en me demandant si je vais finir dans les temps pour le semi (note pour plus tard : on attend le et la dernière à Deauville, bel esprit :jap:). Je suis loin de l’ours avec l’œil du tigre de l’an dernier à Aix :o  [:roger21:1]  [:lefrogg:2]. Sur half, il y a peu de monde qui s’aligne à l’arrache mais bon, j’irai à mon rythme..

Je salue Pierre dans le parc et je m’installe. Plus de sacs de transition cette année, un simple cageot en plastique au pied de l’emplacement vélo.. à la limite c’est pas plus mal, on perd moins de temps aux transitions (comme si j’étais à 1 minute près lol). Le type en face de moi a tout du pimpin en chef, mais il est en fait super sympa (team triathlon store pro d’apres leur page FB). Il finira 22ème, autant dire qu’il n’était pas venu là pour trier les lentilles  [:didier frogba:5]. Je mets ma combi et je pars m’échauffer. Dans l’eau un type tente de détendre l’atmosphère glaciale en sortant une blague : « hey les mecs vous connaissez la différence entre un rappeur et un campeur ? » « euh non » « bah le rappeur il nique sa mère et le campeur il démonte sa tante »  [:yoshikawa]. Je manque de m’étouffer en plongeant en même temps sous une vague mais ce type m’a remis la banane  [:b x n]. Le speaker, chaud comme la braise, annonce une eau à 16° et moi je suis le père Noël (j’ai vu 13° sur le net le matin même et l’eau ne me semble guère plus chaude que ça).

nat1

//NATATION

L’échauffement se termine, je fais coucou à ma femme et à mes enfants dans le sas et c’est parti.. 3, 2, 1 go !

nat 2

Je pars, lancé comme un frelon ©, en tête de la vague niveau « débutants » (trois vagues espacées d’1 minute). Vagues, fort courant, machine à laver, je galère et on sort tous à perpette sur la plage à la fin de la première boucle..  donc footing sur la plage dans le sable mouillé et en combi pour rejoindre l’arche et repartir.. là plus personne ne court, tout le monde reprend son souffle et récupère un peu avant de replonger.. ça se passe, je prends quasi aucun coup sur cette nat  [:le rageux]. Ma montre affiche 37′ sur la plage (pour 2200m, mais j’ai zigzagué). Petite pensée à ceux qui s’entraînent en piscine avec souci du détail et précision en espérant appliquer les mêmes choses en mer : à Deauville la plupart nagent comme des bourrins et oublient tout ce qui a été acquis en bassin car les conditions sont souvent dantesques :o. Mis à part pour les « bons » qui sortent autour des 30′, j’ai l’impression que pour le reste du peloton c’est la survie dans les vagues et les muscles + la combi qui permettent d’aller au bout.

//T1

500m de transition dans le sable, bien saoulant [:the mac:2]. Je fais coucou à me femme, je me change et je pars en vélo..

nat3

//Vélo

Le type devant moi tente d’enfourcher son vélo et de mettre ses chaussures dessus, comme les pros et les bons (lol).. mais se ramasse lourdement sur le bitume devant une foule en délire  [:delapoutre:4] ..sérieux ce truc a l’air bien casse gueule.. bref je l’esquive et j’entame la partie vélo. Quelques centaines de mètres et me voilà déjà au pied de la première côte au menu (la fameuse côte de Saint Laurent [:killall-9:1]). Je mets tout à gauche, je mouline, je me mets en danseuse, c’est dur, ça tire, ça me gonfle mais j’arrive en haut sans poser pied à terre, pari gagné.. ambiance TDF dans cette montée avec le speaker sous amphètes, la mascotte de l’épreuve (un type déguisé en superman aux couleurs du tri (orange/bleu) qui court à côté de nous  :lol:  [:hiihuu:5] )… super passage mais faut les jambes et il ne faut pas aller souvent au mac do. Le reste du vélo respectera la logique suivante jusqu’à la fin : dans les côtes je galère car je suis trop lourd et j’ai pas roulé cet hiver ; dans les descentes je suis sur les freins car j’y vois rien dans les sous bois et j’ai peur de me prendre un nid de poule.

Franchement me blesser sur un tri déjà ça me saoulerait,mais en plus un tri où j’ai zéro enjeu… bref on me double de partout, je ne reprends personne. A croire que tous les triathlètes ne savent pas nager, hallucinant sérieux.. j’ai nagé 5 fois en 2015.. et j’ai du me faire passer par 150/200 types à vélo je pense..

Deuxième boucle, usé par les côtes et le parcours, je me présente une deuxième fois en bas de la côte de Saint Laurent.. alors déjà à l’aller ça marchait vélo à la main sur le côté, là c’est pire.. tant pis j’essaie quand même et je passe le premier segment, mais à la moitié du deuxième la pente est too much pour mes cuisses en fusion et je craque mentalement. Je me déporte à droite et je déclipse. Je monte jusqu’en haut en poussant mon vélo sur les derniers mètres restants et je repars. Au final je ne perds pas beaucoup de temps car je ne monte pas vite les côtes en vélo, mais pour moi la course est finie à ce moment précis 🙁 Je voulais absolument pas déclipser mais paradoxalement j’ai pas eu la gniaque nécessaire pour grimper une deuxième fois sans poser pied à terre. Sur le reste de la deuxième boucle, il n’y a plus grand monde sur le parcours on dirait..  [:beel1]. J’ai le moral dans les chaussures Specialized et il me reste un semi en arrivant..  [:pere dodu:4]  [:el frog:4]. Une maman souriante du Levallois triathlon me salue et je discute un peu avec elle et un autre concurrent à la ramasse. Très sympa pour finir le parcours avec le sourire 🙂

3h22 pour le vélo (80.7km/1200D+ sur ma montre).

//T2

Y-a-t-il quelque chose de plus monotone et sans intérêt que T2 dans un triathlon ? Vous avez 2h.

//Course à pied

J’arrive sur le semi, à ma plus grand surprise je ne suis pas dernier, il reste des emplacements vides dans le parc à vélos ! Je commence à courir, le soleil cogne bien sur les planches où il n’y a pas un coin d’ombre.. Cool, ça démarre direct par un ravito, mais y en a pour 4 boucles de 5km et le speaker annonce que le premier vient de terminer l’épreuve haha 🙂 D’ailleurs le speaker est chaud comme une baraque à frites, les hauts parleurs balancent du bon son et bibi est à 6’/km  [:efrafa]  [:acualyisdolan]  [:basongwe:3]. Super je sens que ça va passer rapidement :/

Ma femme me repère et court un peu à côté de moi :lol:… très sympa on s’est bien marrés en tout cas et du coup ça me refile la pêche.. juste mentalement cela dit car physiquement bah c’est pas ça. Je m’arrête à chaque ravito et je bois bien car sinon je sais que je n’irai pas au bout. Je fais également un arrêt pipi dans les buissons car ça me donne une occasion pour souffler et pas faire dans mon joli short 2XU :sarcastic: #pimpin.

Deuxième tour, même histoire, je vois mon fils qui me montre ses coquillages ramassés sur la plage et il me demande si c’est moi qui court le plus vite et aussi si j’ai gagné la course :lol:. Euh fiston.. papa est dans le rouge + dans une galère d’encore 15km :lol:. Quoiqu’il en soit ça me rebooste aussi, et le deuxième tour se passe finalement bien !

cap

Troisième tour, mal au ventre.. ne pas vomir, ne pas s’arrêter aux toilettes sinon je ne repars plus et il ne me reste plus que 10km ! Soit 5 tours du Luco ! C’est rien hein (on fait ce qu’on peut pour se motiver). Vraiment mal au ventre… et là.. non il va pas oser.. oh merde si.. le type devant moi, qui courait comme un cowboy durant les minutes précédentes [:vinceboulet:3] met le cligno dans les buissons et se positionne fesses contre la barrière, à la vue de tous et lâche un de ces trucs.. mon Dieu.. alors bien évidemment j’ai tourné la tête, mais j’ai oublié de me boucher les oreilles pour éviter d’entendre ce.. son.. horrible..  [:omgwtf]. J’ai mal au bide et le type nous lâche une pêche en plein air comme ça, nature… bref j’accélère un peu pour m’éloigner de ce triste spectacle et j’aborde…

THE FINAL LAP  [:my chemical romoance]  [:macho man]  [:n0m1s:1]  [:gamebouz:2]  [:djokotheclown:2]

Alors là mon fils est déchaîné et il sprinte à côté de moi sur les planches.. mon fils de 4 ans.. :lol: je suis donc au max à 7’/km je pense et j’hésite à lui filer ma puce pour qu’il mette moins de temps que moi :lol:.

Littéralement scotché aux planches mais très content d’en terminer. 2h24 de cap pour ce semi plat.. sérieux j’ai vraiment honte mais bon, content d’avoir fini et de ne pas être le dernier, malgré le peu de volume à l’entraînement.

Dans les derniers mètres un type de mon gabarit me « double » (il ressemble au pote roux de Jon Snow dans les derniers épisodes de GoT  [:edwy:3]) : il me dit que c’est plus dur pour nous car on est grands, lourds, etc.. bon après chacun se raconte ce qu’il veut mais au final on s’aligne tous en connaissance de cause et j’ai zéro excuses pour la prestation minable du jour. Même si je ne suis pas dans un mode tourné à 100% vers la performance et le chrono, il y a quand même un minimum à respecter je trouve. En arrivant il lève les bras et il finit son premier half devant une foule en délire (enfin ceux qui sont restés + le speaker + les pom pom girls :lol:).

6h34 pour moi au final  [:hiihuu:1]  [:ticento:4]  [:arkin]

//Debriefing

  • Natation: 37:32
  • T1: 04:16
  • Vélo: 3:22:43
  • T2: 01:49
  • Course à pied: 2:24:28
  • Temps total: 6:34:31

Je crois que j’ai encore plus galéré qu’après mon premier marathon. Au final je mets 20min de plus qu’à Aix, mais la cap n’était vraiment pas plate là-bas et il y avait la distance en vélo. C’est peut-être le premier triathlon où j’ai pensé mettre le cligno en envoyant tout balader, mais je suis content de ne pas l’avoir fait et d’avoir tenu bon jusqu’au bout, par principe. J’adore le tri car c’est un sport varié qui va au-delà de l’addition de 3 disciplines, mais il faut juste que j’arrive à planifier un entraînement plus carré.

J’ai quand même pris du plaisir car nager en mer ça a son charme et le vélo est très joli même si challenging pour le triathlète très moyen que je suis. La cap est sympa aussi car très plate et permet de voir souvent le public, ultra altruiste et bouillant sur cette épreuve ! Tout le monde nous encourage (ou alors juste moi car je leur faisais pitié :o ) !

Point positif quand même : j’ai de quoi faire pour m’améliorer. Repasser à 2 cap/1 nat/1 vélo par semaine sera la priorité #1 et perdre du poids sera la priorité #2 car là c’est vraiment dur. Repasser sur des formats M sera la priorité #3, à défaut de pouvoir faire du volume.

En rangeant mes affaires, je vois certains démarrer leur dernier tour… dur [:arkin].

Merci de m’avoir lu et à bientôt !