Call of Duty: Modern Warfare 2 – Le test

Cod6_affiche

Après un Call of Duty 4 (Modern Warfare) très acclamé pour son solo et son multi (lire le test de Gamekult à l’époque), Infinity Ward rempile pour un deuxième Modern Warfare en creusant le même sillon, avec une seule devise : toujours plus intense, plus scripté et plus spectaculaire. J’avais beaucoup aimé le premier épisode et j’attendais beaucoup du second. Je n’ai vraiment pas été déçu.

//LE SOLO

L’histoire commence cinq ans après les événements de Call of Duty 4. On incarne à tour de rôle quatre personnages différents : deux Rangers, un membre de la Task Force 141, et enfin Soap MacTavish (le héros principal de COD4) lors des trois dernières missions. La campagne solo se compose de 18 missions, dont un entraînement classique pour débuter. En fonction du chrono que vous effectuez sur ce parcours, le jeu vous conseille alors un niveau de difficulté. Et c’est là que vous devrez choisir entre torcher le jeu en 5h sans challenge, ou se régaler pendant 7h avec des gunfights intenses, prenants et gratifiants. En résumé, si vous êtes un joueur régulier de FPS, choisissez absolument le mode Vétéran, et si vous êtes une grand-mère ou un grand journaliste, choisissez le mode Hardened. Nombreux sont ceux qui ont critiqué le mode Vétéran du premier Modern Warfare, la difficulté étant artificiellement gonflée par le spam de grenades et l’utilisation de respawns infinis. Sachez que tout ceci est de l’histoire ancienne, la difficulté est maintenant beaucoup mieux dosée et moins frustrante : les respawns infinis n’existent plus et les ennemis ont moins tendance à envoyer des grenades toutes les dix secondes.

Cod6_1 Cod6_2 Cod6_3

En ce qui concerne les nouveautés, premièrement le jeu est un peu plus joli graphiquement. Rien d’exceptionnel techniquement, mais l’utilisation judicieuse des couleurs et le savoir-faire des level-designers d’Infinity Ward font que le jeu est la plupart de temps magnifique à regarder, tout en tournant très bien sur un PC correct. Perso je suis sur un Alienware M15x (dernière génération), en 1600, AA  2X, tout à fond.. c’est magnifique et parfaitement jouable. Les éléments du décor sont beaucoup plus destructibles qu’auparavant, ce qui manquait terriblement à COD4. Ici ça vole de partout, ce qui apporte énormément de dynamisme à l’action (on peut même péter les ventilateurs woooo laule). Le level-design a lui aussi été amélioré, les missions ayant tendance à être un peu plus ouvertes. Je pense en particulier à la mission Exodus (acte 2), dans les quartiers résidentiels américains, qui fourmille de passages différents. Cela reste évidemment un FPS scripté dirigiste, mais avec un peu plus de liberté qu’avant dans le choix du chemin à prendre.

Concernant les musiques, elles ont été réalisées par Hans Zimmer et c’est du grand art. On se croirait vraiment dans un film hollywoodien. Quant aux doublages anglais ils sont de très bonne facture. Je n’ai pas testé la version française.

Cod6_4 Cod6_5 Cod6_6

Au niveau du gameplay c’est globalement très similaire à Call of Duty 4, mais avec là encore pas mal de petites idées nouvelles qui font mouche, comme par exemple l’utilisation du Predator. Une des grosses nouveautés est la présence de civils dans plusieurs missions, et il faut avouer que cela apporte énormément en terme d’immersion. Cela faisait longtemps que j’attendais un FPS de ce genre avec des civils, et pour le coup c’est très réussi. En terme d’équipement, encore une fois Infinity Ward n’a pas fait les choses à moitié : vous trouverez des tonnes d’armes différentes dans les niveaux, avec même parfois des murs remplis d’armes à votre disposition (voir ci-dessous). Le feeling des armes est très similaire à celui du précédent Modern Warfare, c’est-à-dire bon sans être exceptionnel. A noter qu’on peut maintenant avoir un akimbo de pistolets ou d’uzi. Par contre il n’est désormais plus possible de se pencher, contrairement à tous les anciens Call of Duty sur PC : c’est vraiment dommage, mais on oublie finalement très vite cette absence de lean, même si j’ai ragé un bon coup durant le niveau des favelas, où tous les ingrédients de la rage sont là: brésiliens de 14 ans sous crack tirant avec leurs fusils à canon scié depuis leurs cabanes en bois à 300m, grenades, lance-roquettes, fov réduit, pas de lean…

Les missions sont globalement divisées en deux types : de l’action non-stop avec des coéquipiers, et des missions d’infiltration où l’on doit suivre un personnage, à la manière de la fameuse mission à Pripyat de COD4. Toutes ces missions d’infiltration transpirent la classe, avec une ambiance excellente. Cette alternance de missions infiltration/gros carnage permet d’éviter toute lassitude et apporte énormément de variété et de rythme à l’ensemble.

Cod6_arsenal Cod6_7 Cod6_8

En résumé, le mode solo de Modern Warfare 2 c’est un peu Call of Duty 4 puissance 10 : plus spectaculaire, plus intense, plus varié. Le gros point fort est en effet la variété des missions, que ce soit en terme de décors ou de situations. On ne fait jamais deux fois la même chose et on ne s’ennuie pas une seule seconde. La mise en scène est encore plus maîtrisée qu’auparavant, et le scénario devient enfin intéressant à suivre pour un COD. Comptez environ 7h pour le finir en mode Vétéran (plutôt 5h en Hardened). On n’a pas vraiment l’impression d’un jeu court, étant donné qu’on pense être arrivé à la fin du jeu quand on voit la cinématique de la fin de la mission 15, alors qu’il reste en fait encore trois missions épiques ensuite. Le jeu regorge de passages mémorables et le scénario n’est pas en reste. Si vous avez un peu suivi le déroulement de COD4, vous apprécierez d’avantage l’histoire de MW2 puisqu’on retrouve les protagonistes principaux de COD4, dont un certain personnage qui fait plaisir à voir héhé..

Cod6_9 Cod6_10 Cod6_11

Il y a aussi un mode Spec Ops, qui en parallèle du mode solo, propose des missions courtes un peu dans le genre de la mission épilogue de COD4 (dans l’avion). Elles sont au nombre de  23, très variées et plaisantes, et le challenge est au rendez-vous en mode Vétéran (tous les éléments du ragequit sont présents). Ces missions sont jouables en solo ou en coop. La plupart sont tirées de la campagne solo, mais certaines sont totalement inédites. On a même droit à une mission à Pripyat qui fera très plaisir aux fans de COD4, cette mission que j’avais mis une heure à boucler en vétéran en pestant contre le respawn infini, mon partenaire boiteux et la grande roue qui ne fonctionnait pas. Ce mode Spec Ops, si vous accrochez au concept, augmente fortement la durée de vie du jeu, que ce soit seul ou à deux.

//LE MULTI

Le mode multijoueur reprend les grands principes introduits par COD4. Chaque match/frag permet d’accumuler des points et de monter en grade. Au fur et à mesure, on débloque pas mal de choses, de la possibilité de créer des classes personnalisées à des capacités ou équipements spéciaux récompensant l’utilisation éméritée d’un arme particulière, en passant par l’accès à de nouvelles récompenses en jeu pour des multikills. L’ensemble est complété par un système d’emblèmes et de rangs, permettant de personnaliser un peu plus encore son ‘ »identité virtuelle ». Les modes disponibles sont toujours très variés et complets (même si ceux en troisième personne n’apportent finalement pas grand chose). Il y a toutes les armes du solo et des killstreaks supplémentaires par rapport à COD4. Les maps sont quant à elles bien finies, mais perso je trouve qu’il n’y en a pas assez.. ça arrivera sûrement avec un DLC à 10 euros (soupirs). Le niveau maximal est 70 (54 il me semble dans COD4), et arrivé là on débloque un nouveau mode (Prestige) qui… nous renvoie à 0… après avoir activé le mode Prestige (il y a dix niveaux de prestige différents), on peut créer de nouvelles classes et avoir de nouvelles emblèmes, ainsi que de nouveaux titres & défis. Pour atteindre le rang maximal en multi, il faut donc se taper 770 levels (10×70 + les 70 premiers niveaux dits « classiques »).. mais bon, quelle « joie » par la suite d’afficher fièrement son insigne max avec le 70 à côté et d’avoir annihilé toute forme de vie sociale.

Un point noir au tableau, l’impossibilité de créer un serveur dédié (super pour ceux qui jouent en clans :/): on se tape donc de temps en temps des lags bien rageants, vu que les parties sont hébergées par les joueurs eux-mêmes.

//CONCLUSION

Pour conclure simplement, je dirais que Modern Warfare 2 = Modern Warfare puissance 10, tant en solo qu’en multi. Il ne reste plus à Infinity Ward qu’à bannir les types qui étaient 70 dès le deuxième jour et ceux qui lancent des nukes toutes les deux minutes, et tout sera en ordre (un patch arrive on me dit, ainsi qu’une grosse liste de cheaters bannis). Ah et aussi bannir les noobs qui tubent à tout va. Et rajouter des serveurs dédiés ! Et pas trop cher le premier DLC please 🙂

Dispo sur Steam as usual.