Triathlon de Deauville 2015 (LD) – Bilan

Après avoir fait le M l’an dernier et sans trop savoir quoi faire en 2015 comme triathlon longue distance, j’ai décidé cet hiver de choisir le LD de Deauville (1.9/81/21.1). Je suis quasi à la maison, j’adore la nat en mer et le parcours vélo, bien qu’assez valloné, m’avait vraiment bien plu visuellement parlant. Pour ceux qui ne connaissent pas le pays d’auge, c’est à voir. D’autre part, la cap est plate comme une limande, donc c’est parfait. Sauf que bon, c’est bien joli tout ça mais je n’ai pas pu m’entraîner autant que je le voulais et/ou trouvé la motivation nécessaire ces derniers mois pour concilier nouvelle vie pro et vie perso. Aujourd’hui ça va mieux, mais je n’ai pas fait grand chose entre octobre et juin, si ce n’est un petit M à Enghien Les bains il y a 15 jours. Qu’importe, je suis inscrit, on va se faire un joli week-end en famille, et ce sera toujours l’occasion de mettre un dossard et de me faire plaisir, quitte à considérer l’épreuve comme un entraînement si jamais je souffre trop, en oubliant de toutes façons le chrono.

Bien chaud et motivé jusqu’à la veille, le jour J j’ai la forme et le mental d’une chips molle [:daemonovae]. Ça arrive parfois le matin.. pas l’envie de m’enquiller tout ça, mais je ne peux plus trop reculer alors j’essaie de penser à la belle natation en mer, au superbe parcours vélo.. tout en me demandant si je vais finir dans les temps pour le semi (note pour plus tard : on attend le et la dernière à Deauville, bel esprit :jap:). Je suis loin de l’ours avec l’œil du tigre de l’an dernier à Aix :o  [:roger21:1]  [:lefrogg:2]. Sur half, il y a peu de monde qui s’aligne à l’arrache mais bon, j’irai à mon rythme..

Je salue Pierre dans le parc et je m’installe. Plus de sacs de transition cette année, un simple cageot en plastique au pied de l’emplacement vélo.. à la limite c’est pas plus mal, on perd moins de temps aux transitions (comme si j’étais à 1 minute près lol). Le type en face de moi a tout du pimpin en chef, mais il est en fait super sympa (team triathlon store pro d’apres leur page FB). Il finira 22ème, autant dire qu’il n’était pas venu là pour trier les lentilles  [:didier frogba:5]. Je mets ma combi et je pars m’échauffer. Dans l’eau un type tente de détendre l’atmosphère glaciale en sortant une blague : « hey les mecs vous connaissez la différence entre un rappeur et un campeur ? » « euh non » « bah le rappeur il nique sa mère et le campeur il démonte sa tante »  [:yoshikawa]. Je manque de m’étouffer en plongeant en même temps sous une vague mais ce type m’a remis la banane  [:b x n]. Le speaker, chaud comme la braise, annonce une eau à 16° et moi je suis le père Noël (j’ai vu 13° sur le net le matin même et l’eau ne me semble guère plus chaude que ça).

nat1

//NATATION

L’échauffement se termine, je fais coucou à ma femme et à mes enfants dans le sas et c’est parti.. 3, 2, 1 go !

nat 2

Je pars, lancé comme un frelon ©, en tête de la vague niveau « débutants » (trois vagues espacées d’1 minute). Vagues, fort courant, machine à laver, je galère et on sort tous à perpette sur la plage à la fin de la première boucle..  donc footing sur la plage dans le sable mouillé et en combi pour rejoindre l’arche et repartir.. là plus personne ne court, tout le monde reprend son souffle et récupère un peu avant de replonger.. ça se passe, je prends quasi aucun coup sur cette nat  [:le rageux]. Ma montre affiche 37′ sur la plage (pour 2200m, mais j’ai zigzagué). Petite pensée à ceux qui s’entraînent en piscine avec souci du détail et précision en espérant appliquer les mêmes choses en mer : à Deauville la plupart nagent comme des bourrins et oublient tout ce qui a été acquis en bassin car les conditions sont souvent dantesques :o. Mis à part pour les « bons » qui sortent autour des 30′, j’ai l’impression que pour le reste du peloton c’est la survie dans les vagues et les muscles + la combi qui permettent d’aller au bout.

//T1

500m de transition dans le sable, bien saoulant [:the mac:2]. Je fais coucou à me femme, je me change et je pars en vélo..

nat3

//Vélo

Le type devant moi tente d’enfourcher son vélo et de mettre ses chaussures dessus, comme les pros et les bons (lol).. mais se ramasse lourdement sur le bitume devant une foule en délire  [:delapoutre:4] ..sérieux ce truc a l’air bien casse gueule.. bref je l’esquive et j’entame la partie vélo. Quelques centaines de mètres et me voilà déjà au pied de la première côte au menu (la fameuse côte de Saint Laurent [:killall-9:1]). Je mets tout à gauche, je mouline, je me mets en danseuse, c’est dur, ça tire, ça me gonfle mais j’arrive en haut sans poser pied à terre, pari gagné.. ambiance TDF dans cette montée avec le speaker sous amphètes, la mascotte de l’épreuve (un type déguisé en superman aux couleurs du tri (orange/bleu) qui court à côté de nous  :lol:  [:hiihuu:5] )… super passage mais faut les jambes et il ne faut pas aller souvent au mac do. Le reste du vélo respectera la logique suivante jusqu’à la fin : dans les côtes je galère car je suis trop lourd et j’ai pas roulé cet hiver ; dans les descentes je suis sur les freins car j’y vois rien dans les sous bois et j’ai peur de me prendre un nid de poule.

Franchement me blesser sur un tri déjà ça me saoulerait,mais en plus un tri où j’ai zéro enjeu… bref on me double de partout, je ne reprends personne. A croire que tous les triathlètes ne savent pas nager, hallucinant sérieux.. j’ai nagé 5 fois en 2015.. et j’ai du me faire passer par 150/200 types à vélo je pense..

Deuxième boucle, usé par les côtes et le parcours, je me présente une deuxième fois en bas de la côte de Saint Laurent.. alors déjà à l’aller ça marchait vélo à la main sur le côté, là c’est pire.. tant pis j’essaie quand même et je passe le premier segment, mais à la moitié du deuxième la pente est too much pour mes cuisses en fusion et je craque mentalement. Je me déporte à droite et je déclipse. Je monte jusqu’en haut en poussant mon vélo sur les derniers mètres restants et je repars. Au final je ne perds pas beaucoup de temps car je ne monte pas vite les côtes en vélo, mais pour moi la course est finie à ce moment précis 🙁 Je voulais absolument pas déclipser mais paradoxalement j’ai pas eu la gniaque nécessaire pour grimper une deuxième fois sans poser pied à terre. Sur le reste de la deuxième boucle, il n’y a plus grand monde sur le parcours on dirait..  [:beel1]. J’ai le moral dans les chaussures Specialized et il me reste un semi en arrivant..  [:pere dodu:4]  [:el frog:4]. Une maman souriante du Levallois triathlon me salue et je discute un peu avec elle et un autre concurrent à la ramasse. Très sympa pour finir le parcours avec le sourire 🙂

3h22 pour le vélo (80.7km/1200D+ sur ma montre).

//T2

Y-a-t-il quelque chose de plus monotone et sans intérêt que T2 dans un triathlon ? Vous avez 2h.

//Course à pied

J’arrive sur le semi, à ma plus grand surprise je ne suis pas dernier, il reste des emplacements vides dans le parc à vélos ! Je commence à courir, le soleil cogne bien sur les planches où il n’y a pas un coin d’ombre.. Cool, ça démarre direct par un ravito, mais y en a pour 4 boucles de 5km et le speaker annonce que le premier vient de terminer l’épreuve haha 🙂 D’ailleurs le speaker est chaud comme une baraque à frites, les hauts parleurs balancent du bon son et bibi est à 6’/km  [:efrafa]  [:acualyisdolan]  [:basongwe:3]. Super je sens que ça va passer rapidement :/

Ma femme me repère et court un peu à côté de moi :lol:… très sympa on s’est bien marrés en tout cas et du coup ça me refile la pêche.. juste mentalement cela dit car physiquement bah c’est pas ça. Je m’arrête à chaque ravito et je bois bien car sinon je sais que je n’irai pas au bout. Je fais également un arrêt pipi dans les buissons car ça me donne une occasion pour souffler et pas faire dans mon joli short 2XU :sarcastic: #pimpin.

Deuxième tour, même histoire, je vois mon fils qui me montre ses coquillages ramassés sur la plage et il me demande si c’est moi qui court le plus vite et aussi si j’ai gagné la course :lol:. Euh fiston.. papa est dans le rouge + dans une galère d’encore 15km :lol:. Quoiqu’il en soit ça me rebooste aussi, et le deuxième tour se passe finalement bien !

cap

Troisième tour, mal au ventre.. ne pas vomir, ne pas s’arrêter aux toilettes sinon je ne repars plus et il ne me reste plus que 10km ! Soit 5 tours du Luco ! C’est rien hein (on fait ce qu’on peut pour se motiver). Vraiment mal au ventre… et là.. non il va pas oser.. oh merde si.. le type devant moi, qui courait comme un cowboy durant les minutes précédentes [:vinceboulet:3] met le cligno dans les buissons et se positionne fesses contre la barrière, à la vue de tous et lâche un de ces trucs.. mon Dieu.. alors bien évidemment j’ai tourné la tête, mais j’ai oublié de me boucher les oreilles pour éviter d’entendre ce.. son.. horrible..  [:omgwtf]. J’ai mal au bide et le type nous lâche une pêche en plein air comme ça, nature… bref j’accélère un peu pour m’éloigner de ce triste spectacle et j’aborde…

THE FINAL LAP  [:my chemical romoance]  [:macho man]  [:n0m1s:1]  [:gamebouz:2]  [:djokotheclown:2]

Alors là mon fils est déchaîné et il sprinte à côté de moi sur les planches.. mon fils de 4 ans.. :lol: je suis donc au max à 7’/km je pense et j’hésite à lui filer ma puce pour qu’il mette moins de temps que moi :lol:.

Littéralement scotché aux planches mais très content d’en terminer. 2h24 de cap pour ce semi plat.. sérieux j’ai vraiment honte mais bon, content d’avoir fini et de ne pas être le dernier, malgré le peu de volume à l’entraînement.

Dans les derniers mètres un type de mon gabarit me « double » (il ressemble au pote roux de Jon Snow dans les derniers épisodes de GoT  [:edwy:3]) : il me dit que c’est plus dur pour nous car on est grands, lourds, etc.. bon après chacun se raconte ce qu’il veut mais au final on s’aligne tous en connaissance de cause et j’ai zéro excuses pour la prestation minable du jour. Même si je ne suis pas dans un mode tourné à 100% vers la performance et le chrono, il y a quand même un minimum à respecter je trouve. En arrivant il lève les bras et il finit son premier half devant une foule en délire (enfin ceux qui sont restés + le speaker + les pom pom girls :lol:).

6h34 pour moi au final  [:hiihuu:1]  [:ticento:4]  [:arkin]

//Debriefing

  • Natation: 37:32
  • T1: 04:16
  • Vélo: 3:22:43
  • T2: 01:49
  • Course à pied: 2:24:28
  • Temps total: 6:34:31

Je crois que j’ai encore plus galéré qu’après mon premier marathon. Au final je mets 20min de plus qu’à Aix, mais la cap n’était vraiment pas plate là-bas et il y avait la distance en vélo. C’est peut-être le premier triathlon où j’ai pensé mettre le cligno en envoyant tout balader, mais je suis content de ne pas l’avoir fait et d’avoir tenu bon jusqu’au bout, par principe. J’adore le tri car c’est un sport varié qui va au-delà de l’addition de 3 disciplines, mais il faut juste que j’arrive à planifier un entraînement plus carré.

J’ai quand même pris du plaisir car nager en mer ça a son charme et le vélo est très joli même si challenging pour le triathlète très moyen que je suis. La cap est sympa aussi car très plate et permet de voir souvent le public, ultra altruiste et bouillant sur cette épreuve ! Tout le monde nous encourage (ou alors juste moi car je leur faisais pitié :o ) !

Point positif quand même : j’ai de quoi faire pour m’améliorer. Repasser à 2 cap/1 nat/1 vélo par semaine sera la priorité #1 et perdre du poids sera la priorité #2 car là c’est vraiment dur. Repasser sur des formats M sera la priorité #3, à défaut de pouvoir faire du volume.

En rangeant mes affaires, je vois certains démarrer leur dernier tour… dur [:arkin].

Merci de m’avoir lu et à bientôt !

Triathlon Enghien les Bains 2015 – Bilan

Premier triathlon de la saison le week-end dernier à Enghien les Bains, pour le format M (1.5/40/10).

Dernière course en date, le semi marathon de Rueil Malmaison (1h56) et deux autres courses au début de l’année, mais pas énormément de volume depuis. Objectif du jour : se faire plaisir, comme d’habitude.

Arrivé sur place 2h avant le départ je me gare et je retrouve Jean-Eudes et Bertrand au retrait des dossards. On s’installe dans le parc, on croise Pierric la fusée et place au briefing. Y a un mec dans le parc qui tourne comme un lion en cage, combi déchirée, regard du killer, je sens qu’il a envie de nous faire mal, à tous, et qu’il n’est pas là pour trier les lentilles, mais plutôt pour envoyer des watts, défoncer ses concurrents et exploser des PR.  [:sophiste]
Curieusement sitôt le briefing fini, on se dirige vers la nat et là on entend un compte à rebours ?? Surtout que pour arriver à la ligne faut bien 50/75m donc pas top pour ceux du fond qui seront partis en retard.

//NATATION

Le lac est bourré de vase, on voit rien, ça feraille pas mal au milieu du pack mais vu mon niveau, mon entraînement actuel et mes prétentions, je ne me serais pas mis devant de toutes façons. J’ai repéré d’autres ours dans le parc à vélo encore plus costauds que moi et je dois être au milieu d’eux car je galère à les bouger et à leur rouler dessus comme tout bon triathlète qui aime la boucherie lors de la nat se doit de le faire.  [:federerlegrand:2] Je prends quelques coups, j’en mets quelques un mais c’est le jeu et le peloton met du temps à s’étirer.
L’eau est bonne et il fait super beau, on arrive à la première bouée, hop je brasse un peu pour récupérer pendant le tournant et c’est reparti.. au retour, comme Mucky (mais moins vite :o ), impossible de nager droit, une horreur, inexpliquée à ce jour :o Je perds pas mal de temps à zigzaguer et je me prends un bon coup de pied dans la tête au niveau de l’oeil droit… j’ai cru que ma lunette avait intégré mon orbite et que j’étais bon pour un oeil au beurre noir.  [:tsongalecogneur]
La personne s’excuse et on repart.. je galère… physiquement je suis bien mais j’arrive pas à garder le cap… :/ Je sors du lac en 32′.. ni satisfait ni trop déçu, en combi ce n’est pas exceptionnel mais j’ai nagé 5 fois en 2015 donc bon on s’en contentera. Je préfère cela dit la nat en mer, avec ses aléas.. pas de vase, plus de « fraîcheur » et on voit ses mains..

//T1

Je prends le temps clairement car à l’émeraude tri race, paye tes ampoules. Séchage des pieds, je mets bien mes chaussettes, le casque, lunettes et c’est parti ! 4’43

//Vélo

Allez c’est parti pour ce parcours vélo dont tout le monde me parle, on va voir ce que j’ai dans les jambes avec les ridicules 400km accumulés depuis le début de l’année, uniquement à LC, parfait pour aborder un parcours avec une bosse coriace, 3x de suite.  [:balaste:1]
Le parcours est ultra roulant (hormis la côte), j’aurais du prendre les prolongateurs. On traverse différents villages, ça bombarde comme il faut et on arrive à Saint Prix.

Saint Prix, ici Saint prix, 5min d’arrêt minimum (dans la côte :o). La côté démarre dans un village sur une chaussée étroite et pourrie, je mets tout à gauche car je veux déjà juger la longueur et les différentes sections de la montée sans me cramer totalement. Première partie, ça se fait tranquillement, rien d’insurmontable. Deuxième partie, portion de plat pour récupérer. Troisième partie.. ouch, ça grimpe costaud, ça marche déjà par dizaines, ça promet.. je roule comme je peux et je me mets en danseuse pour me hisser jusqu’en haut. Je suis ridicule tellement j’avance pas mais je ne perds pas de temps vu que je ne déclipse pas.. Arrivé en haut je bois et je relance, et là c’est parti pour des pointes à 50km/h  [:talen:2]  [:warkcolor]
Deuxième boucle, rien à signaler, Pierric me dépasse pendant que je bouffe un gel et je le regarde s’éloigner avec 3 types en clm à ses trousses :o
Troisième boucle, idem, rien à signaler, le retour vers le lac est quasi plat et/ou en descente :jap:
Gros bordel dans le dernier virage où y a un mix parcours cap, public qui traverse comme des c… et bénévoles qui gueulent pour organiser le tout au mieux. 1h31 pour le bike.
Content d’avoir été constant dans les bosses (entre 8’12 et 8’29 pour la montée totale) et de ne pas avoir mis pied à terre, malgré la tentation qui était forte :o
Honnêtement j’hésite pour l’étape du tour car je manque clairement d’entraînement et de D+.

//T2
3′, rien à dire sur la T2.

//CAP

En descendant du bike, grosse douleur au ligament à l’intérieur du genou droit, j’ai pas vérifié la hauteur de ma selle mais je vais re régler tout ça.
La douleur s’estompe au bout d’un kilomètre. Je pars sur la première boucle à 5’30-5’45.. il fait chaud et je ne me mets pas trop dans le rouge, j’attends que ça passe en gros car la cap c’est pas ma partie préférée.. Je salue Pierric et Captain qui finissent leur parcours et je commence ma deuxième boucle.. Je croise Caudacien également et là je cale bien comme il faut.. grosse chaleur (pour moi en tout cas). Je finis les 10k en 1h sous la haie d’honneur des bénévoles à l’arrivée (super sympa !) et aussi Jean-Eudes qui me filme comme si je venais de terminer Nice en 9h30  [:clooney34] (merci pour la photo btw :jap: ).

//BILAN

Je finis en 3h12, soit 2′ de mieux que mon PR sur la distance M 🙂

arthur_enghien

Par contre 392ème sur 437 personnes classées (530 partants)… il me semble qu’avec ce temps là d’habitude je suis plus vers le début du dernier tiers que vers le fond du classement. Niveau élevé à Enghien ?
Un super tri sinon : y a la distance quasi exacte (chose assez rare pour être relevée :o ), des centaines de bénévoles qui encouragent les concurrents sans relâche, un parcours ultra roulant avec une montée qui fait le sel de l’épreuve et une CAP en bord de lac très sympa. Ravito d’arrivée sympa aussi (le quatre quarts, les petits sandwiches jambon … [:tahitiflo:2] ). Le prix est faible et c’est proche de Paris. Bref que demander de plus, je reviens l’an prochain !

Dans le parc je croise mon voisin.. en pignon fixe. « Heu tu l’as monté comment la côte ? » « J’ai marché :D, c’était mon premier tri et il me faudrait un vrai vélo pour le prochain, car même dans la descente c’était pas terrible ! » :lol:
Sur ce tri comme disait Jean-Eudes y a de tout : amateurs, jeunes, vieux, hommes, femmes, pimpins, pros.. tout mélangé ! Du coup c’est assez sympa je trouve !

Prochain tri dans 2 semaines à Deauville sur le L (1.9/90/21.1).

Merci de m’avoir lu et à bientôt !

Emeraude Tri Race 2014 – Bilan

Le week-end dernier avait lieu l’Emeraude Tri Race (1.9/90/21 sur le papier, 2.5/88/20 dans les faits), ce qui était pour moi l’occasion de découvrir la Bretagne lors d’un week-end et de terminer ma première « vraie » année de triathlon avec un second half ironman.

Ayant choisi de ne pas faire de plan spécifique pour cette épreuve, je me suis entraîné principalement à l’envie et au plaisir. J’avais bien aimé mon plan pour Aix, cependant je ne me voyais pas le faire deux fois de suite, qui plus est pendant mes vacances en août. C’est quand même assez exigeant de suivre un plan, mais c’est un point que j’aborderai en conclusion de ce compte-rendu 😉

L’objectif principal était bien entendu de prendre du plaisir et de passer sous les 6h.

Nous arrivons le samedi midi sur place, après 4h30 de route. Une petite promenade sur la plage, puis on file au resto et à l’hotel. L’après-midi sera dédiée au retrait des dossards et à la relaxation dans la piscine de l’hotel qui propose un « parcours marin » (trois jets d’eau et un jacuzzi lol). On fait quelques courses pour le petit dej du lendemain matin, on prépare les sacs et on part dîner à Dinard, charmant petit village Breton. C’est l’heure de faire dodo, demain il y a triathlon et réveil à 5h45.

Petit dej, puis on file au parc à vélos. Déjà pas mal de monde, on est 500 sur l’épreuve et il n’y a pas de départ par vagues. Le speaker nous briefe sur la plage, un roux en kilt joue de la cornemuse et un zodiac au loin nous montre le parcours de natation qui sera composé de deux boucles avec une sortie à l’australienne. Ca me parait bien long pour faire 1 900m mais qu’importe. Il fait beau, il n’y a pas énormément de houle et l’eau est bonne, surtout en combi.

Je mets directement une vidéo qui résume ce triathlon en 6 minutes pour vous donner envie de lire la suite 😀

Puis une autre, un peu plus longue 😉

Et j’enchaîne avec ce lien, qui une fois n’est pas coutume vous montrera la natation de l’intérieur 😉

//Natation

C’est parti pour la natation qui commence par 100m de sprint sur la plage. Bon moi je trottine car je n’ai pas envie d’arriver essouflé dans l’eau et je suis confiant sur mon niveau de natation. Le problème c’est qu’en ne sprintant pas, on gagne automatiquement un ticket gratuit pour 10min dans la machine à laver 😀 Ca bastonne un peu mais rien de méchant, les zoggs predator sont vraiment top et absorbent bien les coups 😀 Des coups j’en prends quelques uns et j’en donne aussi un peu pour avancer (pour les néophytes rassurez-vous, je ne balance pas de patates sur mes concurrents mais je les pousse juste un peu pour pouvoir passer, c’est tout un art). C’est vraiment un réel plaisir de nager dans cette mer à bonne température, claire et avec peu de houle, les sensations valent vraiment le coup. Nager en mer, sport de bonhomme je vous le dis 😀

Bon je déroule, mais je sens que je n’ai pas une énorme puissance dans les bras, je dois être en dessous de 2’/100m mais guère beaucoup moins. Finalement je termine la natation en 49′ pour… 2 569m (1’54/100m). Ni bon ni mauvais, je suis dans le milieu du pack, mais je sens que ces quelques minutes supplémentaires dues à l’allongement de la distance vont déjà impacter le sub 6h que je vise. Au début je pensais avoir zigzagué à gogo mais finalement tous les autres ont également entre 2 350m et 2 700m sur leur montre donc il y a beaucoup plus que la distance annoncée. Qu’importe, je file vers T1 (3’59) et je grimpe sur le vélo.

 //Vélo

C’est parti pour le vélo, qui est composé de 3 boucles de 30km dans l’arrière-pays. Le parcours est très roulant dans l’ensemble, même s’il y a pas mal de relances à faire. Je me mets sur mes prolongateurs dès que possible et je donne tout ce que j’ai (enfin quasiment tout, pour ne pas arriver fané sur la course à pied quand même). Pas grand chose à signaler, ça ne drafte pas trop pour une fois et il n’y a pas énormément de vent mis à part dans les 30 derniers kilomètres. Dans les 10 derniers kilomètres, j’ai mal en bas du dos, mais c’est principalement dû à la position CLM: je ne m’entraîne pas assez longtemps dans cette position. Rien de bien méchant, j’en termine avec ces 87,7km  (1037 D+) et je pose le vélo en 2h51 (30.6km/h de moyenne). Je suis content de cette partie vélo pour une fois… j’ai encore des progrès à faire dans la discipline, mais je suis arrivé à maintenir une moyenne correcte sans être trop fatigué. Bon par contre j’ai mangé n’importe comment et trop sur le vélo, ce qui va se payer cash sur la partie qui suit la T2 (3’09).

 //Course à pied

Ah ma partie préférée ! Non je déconne, je déteste la course à pied. Enfin si, j’aime bien la discipline à l’entraînement, en compétition cap « pure » (10k/semi/marathon), en sortie longue hivernale seul ou accompagné… mais sur un tri, je déteste cette partie. Je fixe ma montre et je vois les kilomètres s’incrémenter.. très lentement. Même si physiquement je ne suis pas au plus mal et que le moral est au beau fixe (surtout qu’à ce moment là le sub 6h est encore possible, grâce à mon vélo), je sens que les choses vont vite se gâter: le parcours n’est vraiment pas plat du tout, il commence à faire chaud et vu que j’ai trop mangé sur le vélo bah je ne peux plus rien prendre sur la course à pied… un long chemin de croix commence à une allure grotesque. Alors ok, je ne suis pas à mon poids optimal et j’ai un peu laché la course à pied au profit du vélo cet été mais quand même… j’arrive quand même à boire mais j’ai la nausée, je me suis même arrêté entre deux voitures car je croyais que j’allais vomir.. bref. Heureusement une bonne partie du parcours en bord de mer est magnifique: la mer, les vagues, les rochers… le littoral Breton est magnifique et m’aide à faire passer ces 20km plus vite, tout comme les checks avec Romain et Alex quand on se croise pendant ces trois boucles. J’en termine péniblement en 2h16 ( 🙁 ) pour finir ce half en 6H06’27, ce qui représente 7′ de mieux qu’à Aix sur la distance 70.3, mais sur un parcours plus « roulant ».

//Conclusion

Ce half, bien que non labélisé (WTC ou Challenge), n’a rien à envier à ses concurrents deux fois plus chers: un parcours superbe, des ravitaillements de qualité (surtout celui de la fin avec saucisses de toulouse, bière et crèpes, entre autres), des sacs de transition, des bénévoles qui vous chouchoutent tout le long du parcours et qui rangent même le vélo à T2.. Ce n’est que la deuxième édition mais si je peux le refaire l’an prochain, ce sera avec plaisir. Comme Deauville, ces « petites » organisations ont tout pour plaire, avec un cadre magnifique et le charme d’une natation en mer.

Quant à moi je suis déçu de ma performance car je voulais faire un sub 6H, mais en même temps j’ai choisi de faire un entraînement à l’envie, ce qui m’a forcément éloigné de la CAP 😀 Alors ok, s’il y avait eu la distance en natation et si j’avais mangé correctement sur le vélo peut être que.. mais avec des si.. bref, une autre fois. En tout cas cela confirme que je suis quelqu’un qui préfère suivre un plan concocté en fonction de mon profil et de mon objectif plutôt que d’y aller en freestyle en appliquant des principes d’entraînement généralistes.

Ma saison de triathlon est désormais terminée et elle m’a vraiment plu ! Il y a beaucoup d’améliorations possibles en ce qui me concerne et je me penche désormais sur ma fin d’année (principalement du trail) et 2015 ! Merci d’avoir lu mon CR et à bientôt 😉

  • Natation: 49′
  • T1: 3’59
  • Vélo: 2H51
  • T2: 3’09
  • Course à pied: 2H16
  • Temps total: 6H06’27